Tunguska

Russie : Le cataclysme de Tunguska, plus d’un siècle de mystères

Mysteres au coeur de l ete toungouska l apocalypse oubliee article landscape pm v8
La zone photographiée en 1938 / DR
   Il y a plus d’un siècle, une catastrophe mystérieuse d’ordre géologique a eu lieu en Sibérie. Une explosion gigantesque avait alors eu raison de 2000 km² de forêt sibérienne, alors que la déflagration se fit sentir sur toute la planète. Depuis, aucun cratère n’a été retrouvé sur le site de l’impact.
Un cataclysme incroyable
   La Toungouska pierreuse (Podkamennaïa Toungouska ou Tunguska) est un affluent de la rivière Ienisseï, cette dernière serpentant sur 4093 km dans un mouvement sud-nord de la Mongolie à la mer de Kara dans l’océan Arctique. La Toungouska coule à 1000 km au nord-nord-est du célèbre lac Baïkal et de la ville d’Irkoutsk.
   Cette explosion a dégagé une puissance de 4 Mégatonnes, soit l’équivalent de près de 250 bombes du même type que celle larguée à Hiroshima (Japon), et ce 37 ans plus tard. Un véritable cataclysme qui a dévasté la région de la Toungouska, brulant et irradiant environ 60 millions d’arbres sur 20 km de diamètre. Jusqu’à 100 km à la ronde, une majeure partie de la forêt a été radicalement soufflée. L’explosion, audible dans un rayon de 1500 km, a été mesurée et son onde sismique a été évaluée entre 4,5 et 5 sur l’échelle de Richter, à l’Observatoire Magnétique d’Irkoutsk.

Tunguska map fr svg
Situation et zones d’impact de la météorite de la Toungouska. Zone 1 (R=20 km) : forêt détruite (rouge) Zone 2 (R=100 km) : dégâts, brulures, morts d’animaux (orange) Zone 3 (R=1500 km) : bruit de l’explosion (dégradé bleu) / Denys​
   Sur une durée de 19 ans après l’événement, la région n’a été aucunement explorée, faute à une certaine hostilité de la zone (marais, moustiques, hiver rude) mais également à une situation géopolitique instable à cause de la Première Guerre Mondiale et autres révolutions à partir de 1914.
   La zone de Toungouska n’a été visitée qu’en 1921 et en 1927 par Leonid A. Kulik, un géologue russe spécialiste des minéraux. Ce dernier décrivait la zone tel un paysage d’horreur et de désolation, selon lui à perte de vue. Le géologue recueille alors divers témoignages des rares personnes habitant la région, faisant état d’une large trainée bleue et lumineuse dans le ciel, précédant un flash et une onde de choc terrible. Cette onde a impacté de nombreuses personnes, les exposant à de fortes chaleurs, mais également à des projections violentes au sol, leur brisant parfois les membres. Les habitations ont été fortement dégradées : fenêtres brisées et murs fissurés voir écroulés. Certains témoignages évoquaient également un « deuxième soleil » dans le ciel.
Mystère autour de la nature de cette catastrophe
   « Le corps freine à cause de l’atmosphère, s’aplatit, devient instable et dégage des jets de vapeur qui, en raison de la résistance de l’air, créent un tableau similaire à une explosion nucléaire. Cette explosion qui survient à 5 km d’altitude produit une onde de choc, et les particules gazeuses résultant de l’explosion se répandent dans l’atmosphère » expliquait Vladimir Svettsov, chercheur à l’Institut de la dynamique des géosphères à l’Académie des Sciences russes. Cette explication a été donnée dans un rapport présenté en 2008 à Moscou, pour le 100e anniversaire de la catastrophe (Sputnik News).
   D’autres expéditions et mesures avaient été effectuées mais rien ne permet d’avoir de réelle certitudes complètes sur la nature de la catastrophe de Toungouska. La thèse de l’astéroïde a été évoquée, pouvant justifier d’un tel impact et de tels effets, mais Leonid A. Kulik n’avait trouvé aucun fragment d’un éventuel corps céleste de ce type, bien que quelques roches fondues pouvaient correspondre, mais il est impossible de savoir si elles sont liées précisément à l’événement de 1908.

   De plus, aucun cratère n’a été observé, ce qui amène d’autres interrogations confuses, permettant d’autres hypothèses assez loufoques (essai de rayon de la mort de Tesla, crash d’Ovni, boule de foudre d’1 km de diamètre, explosion nucléaire d’origine extraterrestre, etc.).
   L’hypothèse retenue (bien que n’expliquant pas tout) est donc la chute d’un astéroïde qui aurait explosé à 5 km d’altitude. Mark Boslough, professeur à l’Université du Nouveau-Mexique et spécialiste de la modélisation d’impact de corps célestes, a mené des simulations dont les résultats indiquent qu’un astéroïde de 10 m de diamètre pourrait émettre une puissance de 3 à 5 Mégatonnes en se désagrégeant dans l’atmosphère en créant une énorme boule de feu. L’explosion de Tunguska est considérée comme la sixième explosion la plus puissante de l’histoire de l’Homme.
Sources : NASA — Sputnik News — Nature Extrême
Par Yohan Demeure

Source : sciencepost.fr, le 8 juillet 2015