Nazca

Que sait-on réellement des mystérieuses lignes de Nazca ?

   Tracés il y a près de 2000 ans dans le désert péruvien, les lignes ou géoglyphes de Nazca comptent parmi les mystères les plus célèbres au monde. En effet, ces imposantes figures, visibles uniquement depuis le ciel, ont depuis leur découverte intrigué bon nombre de spécialistes en raison de leur diversité, de leur quantité et de leur taille. Par qui ont-elles été tracées, de quelle manière et dans quel but ? C’est à ces questions que nous allons aujourd’hui tenter de répondre en dressant un bilan des différentes découvertes liées à ces énigmatiques géoglyphes.
   Situées dans la plaine côtière et désertique du Pérou, à environ 400 km au sud de Lima, les lignes de Nazca furent découvertes en 1927 par l’archéologue Toribio Mejia Xesspe qui explorait la zone. Bien que celui-ci fit état de ce qu’il avait observé dans une revue scientifique, son histoire tomba rapidement dans l’oubli et il fallut attendre 1939 pour que le savant américain Paul Kosok effectue des clichés aériens et répertorie ces étonnantes figures. Au total, ce sont plus de 300 dessins s’étalant sur une superficie de 450 km² qui furent recensés. Cette démarche scientifique permit de mettre en évidence la grande variété des figures, aussi bien au niveau de leur représentation que de leur taille. En effet, si certains dessins prennent la forme de créatures vivantes stylisées, de végétaux ou d’êtres fantastiques, d’autres représentent quant à eux des figures géométriques plus ou moins complexes. De même, alors que les représentations d’animaux varient entre 5 et 230 mètres de long, certaines lignes ou formes géométriques peuvent s’étaler sur plus d’un kilomètre.

Istock 612390326
Quand et par quels moyens les géoglyphes ont-ils été créés ?
   En analysant au carbone 14 les vestiges présents aux abords des géoglyphes, les chercheurs ont pu estimer que l’ensemble des figures ont été réalisées par les Indiens nazcas, une civilisation préincaïque, entre le IIe siècle avant J.-C. et le Ve siècle après J.-C.
   Concernant le mode de fabrication, la plupart des scientifiques s’accordent à penser qu’il reposait sur des méthodes géométriques « simples » — comme le carroyage — consistant à créer des repères au sol afin de reproduire les figures désirées à grande échelle. Pour réaliser le dessin en lui-même, les Nazcas retiraient les pierres noircies par le soleil et les disposaient en talus de part et d’autre des lignes à tracer de manière à laisser apparaître le sol plus clair. Le microclimat aride et la faible activité humaine se sont par la suite chargés de conserver ces motifs en parfait état au fil des siècles.

Istock 487621259
Quelle est leur signification ?
   On peut effectivement se demander pourquoi les Nazcas se sont donné tant de mal pour construire des figures visibles uniquement depuis le ciel à une époque où l’aviation était encore bien loin d’être d’actualité. Et c’est bien là où réside le mystère puisque pour l’heure, il n’existe aucune certitude à ce sujet et seules des hypothèses plus ou moins crédibles ont pu être formulées.

   La plus ancienne théorie concernant la signification des géoglyphes de Nazca a été émise par Paul Kosok, le premier scientifique à les avoir réellement étudiés. Il remarqua que lors du solstice d’été, les rayons du soleil couchant étaient parallèles à certaines lignes et avança ainsi l’idée que le site de Nazca ne serait ni plus ni moins que « le plus grand livre d’astronomie du monde ». Son hypothèse trouva par la suite écho dans les travaux de Maria Reiche (1903-1998), une mathématicienne allemande qui consacra la majeure partie de sa vie à l’étude et à la préservation de ce patrimoine archéologique. En effet, selon cette dernière, l’ensemble des géoglyphes formait un gigantesque calendrier astronomique qui aurait servi de repère aux Nazcas pour organiser leurs activités agricoles et religieuses.
   Aujourd’hui, d’autres hypothèses tout aussi probables avancent notamment que les lignes de Nazca auraient pu servir pour des rites consacrés aux divinités ou aux défunts. En 2015, une équipe de chercheurs italiens dirigés par le docteur Rosa Lasaponara est quant à elle arrivée à la conclusion que les géoglyphes de Nazca auraient fait partie d’un réseau d’aqueducs, connus sous le nom de Puquios, qui aurait servi aux Nazcas pour faire face à la pénurie d’eau et dont les vestiges sont aujourd’hui toujours présents. Seul problème, rien ne permet actuellement de prouver qu’il existe un lien effectif entre ces « Puquios » et les fameuses lignes du site.
   En définitive, la signification des lignes de Nazca reste donc l’un des plus grands mystères archéologiques connus à ce jour !
Sources : Unesco — Bbc — Europe1
Par Maxime Feutry

Source : sciencepost.fr, le 14 janvier 2017

Attribuées à un peuple dont on ne sait rien ou pas beaucoup dont le nom est celui d'un plateau aride parce qu'il fallait bien pouvoir le nommer, les lignes de Nazca font toujours parler. Beaucoup d'hypothèses sans aucun fondement, étayées par rien...
• Hypothèse extraterrestre : uniquement parce que ces tracés ne sont visible entièrement que du ciel à cause de leur taille alors que l'Homme n'avait pas encore la maîtrise du vol. Aucune preuve qu'il s'agirait d'un lieu d'attérissage d'engin extraterrestre, pas plus qu'il ne s'agit pas de cela. 
• Hypothèse "spatial" : uniquement à cause d'un alignement sur un solstice... Tracer n'importe quel figure géométrique au sol, vous trouverez toujours un alignement sur un solstice ou un équinoxe ou tout autre événement en rapport avec des astres...
• Hypothèse chemin de procession : Plus de 300 dessin, soit presque une procession par jour...  pourquoi autant de tracés pour ça ? Et au même endroit ! Perdu au milieu de nul part sans un bâtiment qui puisse être un édifice religieux. Aucune ville à proximité. Un lieu de pèlerinage ? Possible, mais aucune preuve ni écrits pour cette hypothèse.
• Hypothèse canaux d'irigation : juste la profondeur des tracés réfute cette hypothèse car pas assez profond. De plus, il n'y a aucun indice de passage d'eau dans ces "fossés" que le désert très aride aurait conservé. Enfin, des canaux rectilignes  seraient plus indiqué pour le transport de l'eau que des géoglyphes qui ralentiraient le déplacement de l'eau...

The Stranger